Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 12:35
Le guide des Baignades sauvages en France

Voilà le guide indispensable à mettre dans son baluchon dès les premières chaleurs de l’été pour aller se baigner dans les plus beaux lacs, rivières, cascades et piscines naturelles  de France. Baignades sauvages France propose 400 lieux magiques.

Evidemment on est allé regarder ce que l’auteur, Daniel Start, propose dans notre Sud dans les quatorze chapitres de l’ouvrage. Chaque chapitre s’ouvre sur la carte de baignades. Dans celui de Corbières et Roussillon, sept coins de baignades sont révélés : la plage de Ribaute, les gorges du Terminet, le Moulin de Ribaute à Duilhac dans les Corbières qui sont des superbes coins, parfois un peu trop fréquentés en été. Le parking du Moulin de Ribaute est même devenu payant depuis trois ans pour réguler l’accès, éviter les squatteurs et que les baigneurs ramènent leurs déchets.

Le gouffre de l’œil Doux dans la Clape, cité aussi, est un endroit dangereux où il est désormais interdit de se baigner et surtout de plonger. L'ouvrage est paru en 2013. Voilà peut-être la raison. Les Gorges du Gouleyrous à Tautavel, dans les Pyrénées-Orientales, ont aussi été interdites à la fréquentation. Dans ce secteur, il reste les gorges du Llech, avec une série de sept cascades en lacets, mais attention les gorges sont le spot de canyoning le plus prisé du secteur. Une zone également accidentogène. Heureusement dès le début du livre, l’auteur donne dix conseils pour se baigner en sécurité, notamment en évitant les montées soudaines des eaux de barrage et les gorges étroites par temps d’orage, ne pas nagez en milieu de journée, ne pas sauter sans vérifications, portez des chaussures adéquates…

Les gorges de Galamus sont plus tranquilles, mais fréquentées au cœur de l’été et parcourues par des groupes de canyonistes.

Côté sources d’eaux chaudes, on ira découvrir celle de Rennes-les-Bains, dans l’Aude ou celle de Prats-Balaguer, mais qui trop connue de nos jours. Le site aurait besoin aussi d'un parking réglementé payant pour éviter les squatteurs. Heureusement, l’auteur ne connaît pas ou ne distille pas d'autres bons coins de baignades d’eau chaude.

Dans le chapitre des Pyrénées, Daniel Start invite à goûter aux gorges de Kakuetta au Pays basque, aux lacs d’Ayous, au lac d’Estaing dans le Val d’Azun, aux Laquettes et aux lacs du Bastan dans le Néouvielle, et enfin aux cascades de l’Artigue dans le Vicdessos en Ariège. Lieux spectaculaires mais qui restent des bassins facilement identifiables et surtout qui offrent des eaux assez fraîches. Il existe quantité d’autres petits lacs superbes, aux eaux turquoise, qui valent bien une visite.

D’après moi, pour leur ambiance sauvage et intime, les Corbières s'avèrent être le site idéal de baignades sauvages au même titre de certains coins du Languedoc, d’Ardèche (qui offre un fort chapitre), des Cévennes, Vaucluse et Haute-Provence… D’ailleurs, l’auteur ne s’y trompe pas en créant une deuxième table des matières avec d’autres thématiques comme par exemple : cascades, idéal pour les enfants, canoë et bateau, baignades naturistes, sauter, camping sauvage, bassins bleus, canyons, arches et formations...

L’ouvrage est pratique car il propose bien sûr l’itinéraire de chaque lieu de baignade. Et surtout son atout est d’être illustré de très belles photos, chaudes et sensuelles et de tous formats.

Daniel Start, Ouest France, 20 €.

Repost 0
baladesenpyrenees
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 16:20
Histoire d'un amoureux des Pyrénées
Histoire d'un amoureux des Pyrénées
Histoire d'un amoureux des Pyrénées
Histoire d'un amoureux des Pyrénées

Un jour, on reçoit au courrier à la rédaction de Pyrénées magazine. Impossible de le diffuser dans le magazine car nous n'avons pas de pages courrier des lecteurs. Mais on tient quand même à parler de cette lettre touchante.

"Tout d’abord, un grand merci pour votre magazine, unique, toujours agréable à lire, des rubriques et des reportages complets et variés, et de belles images qui nous donnent envie de gravir ces magnifiques montagnes, de nous évader. J’habite dans les Hauts de Seine. Mais je voudrais plus longuement vous présenter mon père :

Âgé de 71 ans, toujours agile, mon père Alain est parti jeune de son petit village de Seine-et-Marne, pour monter travailler à Paris. Petit à petit, il est devenu second dans une petite entreprise de marbrerie. Les années passent, le stress du travail, les problèmes d'argent, beaucoup de travail, de stress à Paris. Soudain, vers 1985, il décide de partir dans les montagnes, pour se ressourcer, seul. Première aventure, dans le brouillard, il perd sa carte… mais revient, motivé ! Son bonheur est de préparer son sac,  ses topos, ses itinéraires, refuges, de réserver son billet de train.…. Il n’est pas solitaire, mais aime la solitude.

Et voilà ! Cela dure depuis 40 ans ! LES PYRENEES ! LES PYRENEES !

Après avoir fait quelques sommets avec un guide, son objectif était de franchir tous les sommets d’ouest en est, seul. Il a terminé sa traversée l’année dernière, mais retourne toujours dans ses montagnes  pour faire d’autres sommets…

Voilà sa 1ère passion. La seconde étant le piano. Il a toujours joué (classique, jazz). Depuis qu’il est à la  retraite, il reprend des leçons ! Et joue à la maison au moins 4 heures par jour. Tout en préparant ses prochaines excursions…

Il a fait aussi de nombreuses excursions en spéléologie, et est parti une fois au Népal. Il est partant pour toutes les aventures, mais toujours prudent.

La montagne, le piano. Tout cela en étant très modeste, simple. Il est d’un naturel réservé, mais humble. C’est ce que j’aime chez lui. Je suis très fière de ce qu’il fait (un regret de ne pas être partie une fois en montagne avec lui).

Il lui en ai arrivé des aventures dans ses montagnes, que d’anecdotes, de belles rencontres... Avec son piolet, ses crampons, son sac à dos, son sac de couchage, et son appareil photo… (Tempêtes, maladie, rencontres insolites, animaux, vie au refuge, nuits à la belle étoile…). Il vous raconte des choses, comme ça, tout simplement, on boit ses paroles quand il parle de ses aventures, on est emporté. Encore, encore…

Il a des fichiers énormes sur son ordinateur, tous les circuits, les distances, des centaines et des centaines de photos. Il les a toutes scannées. Un travail énorme, ordonné, méticuleux… Ce serait dommage de laisser tous ses trésors dans un ordinateur !

Si je vous écris pour parler de lui, c’est que je pense que dans votre magazine, qu’il pourrait y avoir  une petite place pour lui. Ecrire un dossier, reportage, sur sa traversée, en résumé -2 ou 4 pages- avec quelques photos. Il  serait tellement heureux de faire partager son périple via votre magazine !

Bien sûr, ce n’est pas le seul homme à avoir effectué cette traversée, mais ce « challenge », ce but qu’il s’est donné et qu’il a préparé toute sa vie est atypique.

Fabienne W.

Repost 0
baladesenpyrenees
commenter cet article
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 12:20
Des gorges de la Save au château de Lespugue
Des gorges de la Save au château de Lespugue
Des gorges de la Save au château de Lespugue
Des gorges de la Save au château de Lespugue
Des gorges de la Save au château de Lespugue
Des gorges de la Save au château de Lespugue
Des gorges de la Save au château de Lespugue
Des gorges de la Save au château de Lespugue
Des gorges de la Save au château de Lespugue

J'aime le Comminges des gorges de la Save, territoire riche de la préhistoire, où Aurignac a même donné son nom à la période du paléolithique supérieur : l'aurignacien. Ces gorges traversées par la petite D 9 sont aujourd'hui fermées à la voiture. Et c'est très bien comme ça. Sous les tapis de feuilles mortes git encore le ruban d'asphalte. Grottes, failles, rochers taillés comme des figures fabriquent toute une ambiance dans les couleurs bigarrées de l'automne. Reste encore les panneaux pour indiquer le sens de circulation. On ne sait jamais, si la foule des randonneurs et des cyclistes envahissaient cette gorge discrète. 

Il faut ensuite monter à Lespugue, célèbre pour sa statuette d'une Vénus de 25 000 ans environ, trouvée dans la grotte des Rideaux et conservée au musée de l'Homme à Paris.

Là, on découvre les ruines de son puissant château qui se dresse encore en aplomb des gorges. On peut encore observer une belle fenêtre à meneau à deux petits arcs trilobés de la fin du XIIIe siècle. Château de la belle au bois dormant caché par un sous-bois de superbes chênes centenaires. De là, un sentier part en corniche, dans le bois, au-dessus du précipice d'une trentaine de mètres et passe au-dessus d'un gouffre. 

Repost 0
baladesenpyrenees
commenter cet article
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 20:25
La drôle de cabine à Cazeneuve-Montaut
La drôle de cabine à Cazeneuve-Montaut
La drôle de cabine à Cazeneuve-Montaut

Cazeneuve-Montaut est un tout petit village du Comminges en Haute-Garonne, à deux pas sous Aurignac. Mais il est fier de posséder sa médiathèque, enfin sa cabine à livres ou verbothèque. On peut y échanger ou déposer son roman favori ou ses vieux bouquins. 

Attention, on ne peut y entrer à plus de deux. Raccrochez le combiné quand vous avez fini. 

Repost 0
baladesenpyrenees
commenter cet article
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 19:03
Nouveau livre sur la naissance de l’écriture: Le Roc et le Signe

Marcher, respirer, il y avait un lien organique, obscur, subtil entre la marche à pied et la quête des pétroglyphes. Une concordance qui me renvoyait aux temps lointains des origines. Marcher, c’était sans doute une manière de me souvenir d’un lien ancestral très lointain. Une façon de rembourser une dette immémoriale”.

Le Palois Pierre Minvielle raconte comment ses passions : exploration et archéologie ont marqué sa vie, toujours à la recherche de l’écriture de l’homme. Pour cela, en trois parties progressives : la figure, le schéma, la lettre, il nous entraîne à travers ses découvertes, toujours avec sa verve de conteur, délayant au passage savoirs et connaissances.

Les amoureux de l’art rupestre et de l’égyptologie seront comblés. On fait un tour dans la grotte Chauvet. Il nous explique les mains de Gargas. Il évoque ses souvenirs dans les gorges du rio Vero, en Aragon, à la poursuite de l’art lévantin, mais aussi à Arudy en Béarn ou à Pech Merle dans le Quercy… jusqu’à comprendre l’évolution des dessins sur les parois des cavernes.

Un cheval s’y résumait à une longue virgule horizontale”. On était dans la représentation du signe. Pierre Minvielle explique : “Si la force de l’imaginaire découle de l’élan créateur du Signe, la force du Signe, à son tour, est génératrice d’imaginaire”.

Et on voyage même jusqu’au Pérou pour comprendre la signification des nazca, les géoglyphes, les grandes figures qui se voient bien du ciel. Un parcours original pour suivre les différentes étapes de l’invention de l’écriture alphabétique.

Le Roc et le Signe, Pierre Minvielle, L’Harmattan, 130 p., 14, 50 €.

 

 

Repost 0
baladesenpyrenees
commenter cet article
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 16:49
Etre juré à Pyrénicimes
Etre juré à Pyrénicimes
Etre juré à Pyrénicimes

Etre juré à Pyrénicimes est une chouette expérience.

Après trois soirées de projection au festival Pyrénicimes à Pibrac, c’est le documentaire Les œuvres du Pamir, de Brian Mathé, Morgan Monchaud et Siphay Vera qui a reçu le prix de notre jury, composé de neuf personnes et animé par Bénédicte Bérard.

Un joli film de 52 minutes qui raconte comment trois jeunes aventuriers sont allés à la rencontre des habitants des montagnes du Pamir, au Tadjikistan, jusqu’à la frontière afghane, avec des VTT à gros pneus et cadre en bambou, fabriqué en France par IN’BÔ. Leur projet qui s’appelle Solidream, rêves, défis et partage, a été l’occasion de montrer des paysages grandioses et d’être solidaires avec les créations artisanales locales. Un beau montage soutenu par un bon rythme : la recette de ce documentaire d’aventures.

Un choix pas évident à faire face à la richesse et la diversité des documentaires proposés comme Bam, a siberian ski project de Thibaut Lacombe ou Alpine Line de Yann Borgnet et Guillaume Desmurs. Insolite découverte aussi de la Barkley, cette folle course d’orientation inventée par Laz dans le Tenessee ou des descentes à VTT du Carlit et du Montcalm par Alexis Righetti.

Bonheur d’apprendre plein de choses sur le renard roux dans Le bel opportuniste d’Anne et Erik Lapied. Joie de revoir les paysages qu’on connaît des Pyrénées-Orientales et de l’Aude dans Raid in France Pyrénées 2016, de Font-Romeu à Saint-Pierre-La-Mer. Ou les slackliners de Pyrenaline aux Mallos de Riglos et au Pic du Midi dans Les magiciens de l’extrême de Bernard Seillé.

Trois longues soirées à être attentif aux styles et aux thèmes proposés. Et beaucoup de plaisir de l’aventure. Comme disait, mercredi 23 novembre, pour la soirée d’ouverture, Philippe Caussade : “Quand on sort de ce festival, on se sent vivant et on a envie de se lancer des défis”.

Et merci à l'équipe de Pyrénicimes pour leur proposition, leur confiance et leur organisation impressionnante.

Repost 0
baladesenpyrenees
commenter cet article
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 21:40
Le salon du livre de Ciadoux
Le salon du livre de Ciadoux

Je serai au salon “Autour du livre” de Ciadoux, à quelques kilomètres au nord de Saint-Gaudens, dans le Comminges, dimanche 20 novembre, de 10 h à 18 h, pour dédicacer Raconte-moi les Pyrénées édité chez Cairn et mon guide Randonnées dans les Pyrénées, édité chez Sud Ouest.

Repost 0
baladesenpyrenees
commenter cet article
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 21:33
Un livre : Jardins d’inspiration

Quelle bonne idée que paraisse en novembre un livre sur les jardins mis en scène par des particuliers ! “Ce jardin en pente, fleuri et structuré, révèle une mine de bonnes idées au gré des différents espaces qui le composent”, lit-on pour les Jardins du Quercy. On y découvre l’actede création d’un jardin. “En 1989, les lieux n’étaient d’ailleurs qu’une pâture abandonnée aux broussailles. Un défi qui n’a pas rebuté Jean et Daniel… Créer un jardin s’est vite révélé compliqué”.

Ainsi du Nord à la Provence, de la Bretagne au Quercy, ces jardins enchanteurs dévoilent leur lot de surprises. Si certains conservent une allure et spontanée, d’autres conçoivent leur plantations comme un tableau végétal. Ainsi à Paunat en Dordogne, il est un jardin tout en émotions : “le jardin du Colombier, conçu le nez au vent par un autodidacte passionné. Son credo : dessiner l’espace pour le dessiner au plus juste”. Voilà une vingtaine de jardins qui vous feront rêver et qui vous donneront envie de les visiter et pourquoi pas de devenir, à votre tour, jardinier.

Glénat, coll. Mon jardin et ma maison, 208 p., 30 €.

Repost 0
baladesenpyrenees
commenter cet article
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 10:49
Conférence de presse dans le cockpit d'un avion

Altiservice qui exploite les domaines skiables d'Artouste (64), Saint-Lary (65), Guzet (09) et Font-Romeu-Pyrénées 2000 (66), a organisé, fin octobre, une conférence de presse originale dans... le cockpit d'un avion à Blagnac. Les directeurs de station étant habillés en pilotes et les attachées de presse en hôtesse de l'air. Les journalistes tous prêts au décollage.

Les nouveautés ski paraitront dans le Pyrénées magazine de janvier-février. On parlera par exemple des sentiers givrés de Font-Romeu...

Repost 0
baladesenpyrenees
commenter cet article
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 21:55

Cette fois, avec Paul le photographe et Charles l’historien, j’étais en reportage dans le Lauragais. Les maisons fortes, les forcias, les petits châteaux nous intéressaient pour avoir abrité des chevaliers faydits –dépossédés- et des cathares.

Après la Commanderie, nous voulions aller voir de plus près un beau château-fort dans un tout petit village. Ça ne répondait pas à l’entrée. Ni une ni deux, curieux de savoir ce qu’on nous cache, nous décidons de longer son fossé en eau où s’ébattent des canards. La haute façade rectangulaire de pierres blanches dotée d’échauguettes et de gargouilles nous dominent.

Nous commençons à faire le tour de l’enceinte, collés au haut mur pour ne pas tomber dans les douves. Au bout de l’arc de cercle, nous nous rendons compte que l’arrière de la bâtisse s’ouvre sur le parc.

Au moment où nous allons pénétrer dans la cour, nous entendons des aboiements. Mes deux compères se cachent derrière moi pendant que je farfouille fébrilement dans mon portefeuille.

–Mais qu’est-ce que tu fais ?

-Ben, je sors ma carte de presse !

Vous ne croirez ou non, le chien n’est jamais venu jusqu’à nous. 

Repost 0
baladesenpyrenees
commenter cet article

Présentation

  • : Balades en Pyrénées
  • : Des topos de randos et de bons conseils pour découvrir des coins des Pyrénées
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens