Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 16:21
À cheval dans les volcans d’Olot
À cheval dans les volcans d’Olot
À cheval dans les volcans d’Olot
À cheval dans les volcans d’Olot
À cheval dans les volcans d’Olot
À cheval dans les volcans d’Olot

Au pas ou au trot, voici l’occasion d’admirer le cœur du parc naturel de la zone volcanique de la garrotxa et la hêtraie de Jorda, entre Santa Pau et Olot, en Catalogne.

C’est à 19 h que tout commence aux paddoks du camping Lava (550 m). Il faut d’abord préparer nos montures. David, notre guide, est là pour nous aider. Puis, un pied dans l’étrier et hop, en selle sur un de nos Appaloosa à la robe tachetée ! Désormais Vaya et moi ne faisons plus qu’un. Enfin quand la jument veut bien avancer. L’objectif est de se fondre à ses mouvements et dans le paysage. Nous sortons du camping en file indienne. Et c’est quasiment ainsi que nous progresserons tout le temps.

On emprunte la piste en face qui monte doucement vers la gauche. On laisse à droite l’entrée d’un mas. On continue de raser de près le volcan del Puig de Martinyà. La terre est devenue noire à ce niveau-là. Ici chaque colline est la résurgence d’un ancien volcan qu’on croyait trop vieux.

La zone volcanique de la Garrotxa représente le paysage volcanique le plus caractéristique de la péninsule ibérique, avec une quarantaine de cônes volcaniques et plus d’une vingtaine de coulées de lave. Nous avançons dans un paysage bucolique partagé par des haies illuminées de genêts et de grands prés où vaquent des chevaux. Dès qu’ils nous sentent ou nous voient, ils arrivent au galop à notre rencontre, jusqu’à leur barrière ou leur fil.

On est un peu les stars du moment, attirant les regards de tous les passants. On diffuse un sentiment de liberté. Nous longeons le volcan Croscat (20 min), de type strombolien, dont on peut bien distinguer le cœur qui servit de carrière de matériaux volcaniques. Ses gravières ont été réhabilitées en 1995. L’énorme entaille de la structure interne du volcan monte jusqu’à son sommet, à 789 m. Nous le contournons par le bas et la gauche, toujours à découvert. Nous traversons la route principale d’Olot à Santa Pau (40 min).

Petit à petit, nous entrons dans le sous-bois. La fageda d’en Jordà est une des 26 réserves naturelles du parc naturel. Son bois de hêtres est exceptionnel du fait de son développement sur la coulée du volcan Croscat et également pour son développement à faible altitude, à 550 mètres en moyenne. Elle a été la source d’inspiration de nombreux artistes, tel que le poète Joan Maragall.

Les jeux d’ombre et de lumière sont délicieux à cette heure du coucher du soleil. Nous suivons une murette. Puis nous nous enfonçons de plus en plus dans l’obscurité de la forêt. Parfois un bruit d’animal fait sursauter les chevaux. Mais nous continuons. Cela donne une ambiance de forêt magique, digne de Brocéliande.

Quand nous ressortons de la belle et profonde hêtraie aux sentiers bien tracés, nous empruntons le petit tunnel qui passe sous la route (1 h 15). Nous remontons une route limitée à 30 km/h pour couper à travers un bois par une sente où les branches nous frôlent et où il faut parfois se baisser sur l’encolure pour se glisser sous la futaie. Lors de la remontée, nous parvenons jusqu’à Can Pelat.

À nouveau, on goûte à ces larges paysages verdoyants ouverts sur la chaîne et sur cette houle des champs de blés que le vent caresse. Le soir glisse doucement sur notre peau. Nous tenons toujours fermement les rênes de notre monture. Nous rejoignons Canova d’En Solà (1 h 45). C’est la dernière ligne droite pour admirer le paysage sous un autre angle et retrouver le camping du départ.

Patrice Teisseire-Dufour

Accès : Depuis l’A 61, prendre l’A 9 à Narbonne direction l’Espagne. En Espagne, sortir à Figueres, direction Olot. Sortir à Olot est. Prendre la direction de Santa Pau. Prendre la GI 524 que l’on quitte pour tourner à gauche vers le camping Lava. Se garer là.

Cartographie : Zona volcanica parc natural, (E-25, Alpina).

Où manger, où dormir :

Camping Lava à Santa Pau. Un camping composé de bungalows.

Carretera Olot a santa Pau, km 7. Tél. : (00 34) 972 68 03 58. www.i-santapau.com

Prix de la balade : 42 €/personne. Balade de 21 h 30 à 23 h 30 en juillet et août.

baladesenpyrenees
commenter cet article
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 21:51
Soigné au Centre national d'entraînement d'altitude

5 août. C'est le début des Jeux olympiques de Rio. En plein festival du livre de montagne à Font-Romeu, je me suis coincé en sortant de la voiture, à cause de ma contracture héritée lors de la descente en canoë du gave d'Oloron dans le Béarn. Médecin le samedi matin. Mais ça ne suffit pas. Je fais la rencontre de Michel Riff, auteur de son premier roman “la vie ne tient qu'à un fil” et surtout ciné ostéopathe au Centre national d'entraînement d'altitude (Cnea).

Le dimanche soir, il prend le temps de me soigner entre deux des 177 athlètes en préparation à Font-Romeu pour les Jeux olympiques de Rio. Il me masse et me décoince deux vertèbres.

Puis il me permet d'assister à une séance de trois minutes de cryogénisation où l'azote liquide descend jusqu'à -183° degrés celcius. Tout ça pour une meilleure récupération du corps pour les athlètes. Deux jours après, je repartais ascensionner dans les Pyrénées, au Cotiella. Une autre aventure.

baladesenpyrenees
commenter cet article
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 20:06
Festival du livre de montagne Altitudes à Font-Romeu
Festival du livre de montagne Altitudes à Font-Romeu
Festival du livre de montagne Altitudes à Font-Romeu
Festival du livre de montagne Altitudes à Font-Romeu

De chouettes souvenirs et de belles rencontres engrangées lors du festival du livre de montagne Altitudes de Font-Romeu (Pyrénées-Orientales), les 23 et 24 juillet 2016. Exposition des plus belles photos de Pyrénées magazine. Plateau d'auteurs avec Louis Audoubert. Rencontres avec Hélène Legrais, Philippe Georget, Christian Di Scipio, Daniel Hernandez...

baladesenpyrenees
commenter cet article
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 19:50
Aller murmurer à l'oreille des chevaux

Aller murmurer à l'oreille des chevaux en sortant du boulot à vélo, c'est l'autre possibilité du randonneur quand il se fait urbain, de sa rédaction de Pyrénées magazine à chez lui, dans une traversé de la Ramée. Ils sont là, juments et poulains d'un côté, étalons de l'autre. Aller à leur rencontre permet de se remuer les souvenirs de randos à cheval dans nos montagnes. Aller leur parler permet renouer avec la nature et nos sens premiers. Et si un jour prochain, à nouveau l'essence arrivait à manquer, on se dit qu'ils seraient là, autant que nos bicyclettes, nos montures fidèles.

baladesenpyrenees
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 12:13

Venez au festival du livre de montagne de Font-Romeu en Cerdagne (Pyrénées-Orientales), qui se déroule du 21 au 24 juillet. Pyrénées magazine présente une exposition de ses dix-huit plus belles photos publiées dans le magazine. Il y aura également une exposition des “souvenirs sportifs romeufontains”. Et j'interviens lors du plateau d'auteurs samedi à 16 h avec Louis Audoubert.

Jeudi 21 juillet

19H30 «GRILLADE LITTÉRAIRE» Gîte-auberge La Chouette à Odeillo.

Diner-conférence avec Pierre CAZENOVE et Jean-Louis BLANCHON autour des «Carnets du Train Jaune» (éditions Talaïa). 18 € le repas tout compris - Réservation au 04.68.30.42.93 (places limitées).

Vendredi 22 juillet

10H00 VISITE DU CREPS/CNEA DE FONT-ROMEU Rendez-vous devant la patinoire

Philippe CANDELORO. Places limitées : inscription à l’Office de Tourisme au 04 68 30 68 30.

15H00 ATELIER D’ÉCRITURE ADULTES «ÉCRIRE LA MONTAGNE»

Départ devant l’Office de tourisme. Claude CHALABREYSSE propose un atelier d’écriture nomade sur la thématique de la montagne. Parmi les écrivains qui ont bercé nos rêves de montagnes et de sports, Gaston REBUFFAT, SAMIVEL et TOEPFFER nous accompagneront dans cette balade ou simple prétexte à écrire sur la montagne au gré de nos expériences, rencontres et sensations.

Atelier à partir de 12 ans, durée 3h avec randonnée facile. Amener casse-croûte à partager, des feuilles, un stylo et un support rigide pour faciliter l’écriture.

18H00 CONCERT DE VIOLE DE GAMBE - Instrument de musique ancienne, par Roland

KERN, Église de Via.

20H45 OUVERTURE OFFICIELLE DE LA SOIRÉE PAR JEAN-LOUIS DEMELIN, MAIRE DE FONT-ROMEU Salle de Conférences de l’Office du Tourisme

21H00 CONFÉRENCE DÉBAT : SÉCURITÉ ET GESTION DU RISQUE EN MONTAGNE : LE REGARD D’UN SECOURISTE EN MONTAGNE.

La montagne est magnifique. Nous skions, marchons, escaladons, tous animés par cette soif

d’absolu et de nature. La montagne génère en nous des joies immenses, qu’on ne retrouve

nulle part ailleurs. Pourtant le risque «zéro» n’existe pas en ces lieux qui provoquent parfois

des tragédies. Comment réduire ce risque au minimum ?

Par le capitaine André-Vianney Espinasse, commandant le Peloton de Gendarmerie

de Haute-Montagne des Pyrénées-Orientales. Conférence suivie du verre de l’amitié.

Samedi 23 juillet

10 H 30 OUVERTURE ET INAUGURATION DU FESTIVAL DU LIVRE Esplanade des Comtes de Cerdagne

En présence de Jean-Louis DEMELIN, maire de Font-Romeu, de Pascale CASANOVA, triple championne olympique de skihandisport, d’Aristide BEGUE, champion du monde Junior de Biathlon (15 km), Loïs GADEL, vice-champion de France de ski alpin handisport (slalom géant), de Louis AUDOUBERT, alpiniste, d’André BONET, président du Centre Méditerranéen de Littérature, ainsi que de nombreuses autres personnalités. Présentation de la statue de Philippe LAVAILL «Hommage à Lutteur B»,

démonstration et initiation à certaines activités de montagne.

11 H 30 PLATEAU D’AUTEURS Chapiteau

Avec Hélène LEGRAIS qui présente «Découvrir Perpignan», Daniel HERNANDEZ pour

«Salamandre», Michel RIFF pour son premier roman «La vie ne tient qu’à un fil», et

Jean-Louis ROURE pour «Font-Romeu, deux merveilles de la Cerdagne : l’Ermitage et le

Grand Hôtel».

16 h : PLATEAU D'AUTEURS au chapiteau : LES PYRÉNÉES D'EST EN OUEST

Avec Patrice Teisseire-Dufour qui présentera Balades dans les Pyrénées et raconte-Moi les Pyrénées, Louis Audoubert, pyrénéiste et alpiniste avec Pyrénées à la découverte des montagnes, des lacs et des canyons” et Angel Dalmau, éditeur du Grand tour de Cerdagne, d'Eduard Jornet.

17 H 30 : CONFÉRENCE DÉBAT au chapiteau : Pascale Casanova racontera son parcours de championne paralympique de ski alpin en présentant son livre : “On m'avait que c'était impossible”. Un autre regard sur le handicap.

21H Soirée théâtre au Casino de Font-Romeu - ENTRÉE GRATUITE

«Cosmétique de l’ennemi», une adaptation du livre d’Amélie Nothomb par la Compagnie Le Chat qui

dort. «Je suis ta partie diabolique.... Le diable a réponse à tout» Amélie Nothomb. Public adulte.

Dimanche 24 juillet

10 H RÉOUVERTURE DU SALON

10 H 30 CONFÉRENCE SPORTIVE

Philippe VILLEMUS présente son livre «Pourquoi le Foot ?», Pourquoi le foot est-il devenu un

phénomène médiatique, culturel, politique et économique si puissant ? Telle est la question à laquelle Philippe VILLEMUS tentera de répondre sans complaisance, et avec vivacité et humour. Et Jacques VERDIER nous propose «Ces émotions sportives qui nous font grandir» (sous réserve).

16 H PLATEAU D’AUTEURS Chapiteau

«L’actualité littéraire en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées» avec Robert AZAIS, pour les éditions ZINEDI qui publient «Le Coq catalan, le matelas de nuages» d’Albert BAUSIL, Michèle BAYAR, auteure de « Les combattants de l’Humanité », Christian DI SCIPIO pour « Languedoc Connexion », et Joan-Daniel BEZSONOFF pour « L’année de Syracuse ».

17 H TABLE RONDE Chapiteau

«L’entraînement en altitude» avec Paula RADCLIFFE, athlète britannique, détentrice du

record du monde féminin du marathon, Nicolas BOURREL, responsable du Service sport de

haut niveau du Centre National d’Entraînement en Altitude, accompagnateur des équipes de

France lors des stages de préparation en altitude.

18 H 30 TIRAGE DE LA TOMBOLA Chapiteau

19 H FERMETURE DU FESTIVAL

Expo et table ronde au Festival du livre de montagne de Font-Romeu
baladesenpyrenees
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 17:15
 Préhisto’ Night au parc de la préhistoire : Vivre une nuit comme des magdaléniens
 Préhisto’ Night au parc de la préhistoire : Vivre une nuit comme des magdaléniens
 Préhisto’ Night au parc de la préhistoire : Vivre une nuit comme des magdaléniens
 Préhisto’ Night au parc de la préhistoire : Vivre une nuit comme des magdaléniens
 Préhisto’ Night au parc de la préhistoire : Vivre une nuit comme des magdaléniens
 Préhisto’ Night au parc de la préhistoire : Vivre une nuit comme des magdaléniens

Les magdaléniens ne sont pas un groupe de rock, ni un groupe de presse, ni des activistes négationnistes, mais des chasseurs-cueilleurs qui ont vécu dans nos contrées, entre 17 000 et 12 000 avant le présent, bref au paléolithique supérieur, en plein âge glaciaire.

Pour la première fois en France, le parc de la préhistoire de Tarascon-sur-Ariège invite les plus curieux à vivre “pour de vrai” et durant toute une nuit la vie des hommes de Cro-Magnon. La Préhisto’Night est une immersion totale dans l’univers de nos ancêtres qui sera proposée à six groupes de 15 privilégiés, entre le 13 juillet et le 19 août.

Nous avons eu la chance de tester cette plongée dans le quotidien des hommes et femmes de Cro-Magnon, fin juin. Pour remonter le temps et se mettre dans la peau d’un magdalénien, Emmanuel Demoulin, chef de service de la médiation des publics, nous entraîne dans le Grand atelier où se trouvent les reconstitutions des animaux de l’époque : mammouth, cheval de Prewalski, bison, renne, lion des cavernes, cerf mégacéros… mais aussi les fac-similés d’une partie de la grotte ornée de Niaux. “Car les hommes vivent en interaction avec les animaux”.

Il est 19 h, le parc est fermé au grand public. Dans un vestiaire séparé, l’un pour chasseurs et l’autre pour cueilleuses, nous abandonnons nos habits du XXIe siècle pour enfiler un pantalon, un haut et des chausses en peau de daim, sans oublier un collier qui signale que nous sommes adultes depuis l’âge de 13 ans. Nous lâchons aussi montre, téléphone portable et autres gadgets modernes.

Nous traversons le parc pour rejoindre le lieu de campement, à l’orée du sous-bois. Il est temps de monter sa tente ou plutôt son tipi avec un trépied. Et ça prend bien une bonne demi-heure pour arriver à entourer avec adresse les piquets de peaux de brebis couleur daim que nous laçons entre elles. Puis pour que ce soit plus confortable et isoler le sol, nous déposons un peu de paille. De chaudes peaux de renne serviront de couverture. Les animateurs du parc, Pauline, Nicolas et Georges conseillent et donnent des coups de main, notamment pour nouer le haut des piquets qui tiennent le tipi. Des enfants font partie du test car c’est une animation familiale grand public.

Le parc est devenu notre terrain d’expérimentation, explique Cécile Sarrail, responsable de la communication au Parc. En 2014, l’exposition les Géants de glace a été un tournant pour le Parc. Nous avons créé le Préhisto Loft, où des bénévoles ont pu vivre comme des hommes préhistoriques pendant une semaine. Les visiteurs nous ont alors demandé comment participer eux aussi à cette expérience. Cette fois, Préhisto Night est pour eux”. Et nous sommes choyés, car pas besoin de partir à la chasse au renne ou à la pêche au saumon, la nourriture est déjà là.

Après un feu allumé avec juste de ce qu’il faut de percuteur, d’amadou et de paille, le dîner préhistorique peut commencer. Tout le monde s’asseoit en cercle sur des peaux. Nous grignotons en entrée des fruits secs : airelles, noisettes et pignons. Puis nous mangeons des brochettes de bison et de cerf, du canard séché, du saumon, accompagnées d’écrasé de racines comme des topinambours ou de betteraves. Et quelques fruits en dessert.

Sous la voûte étoilée, la soirée se prolonge avec différentes activités préhistoriques à “la carte” et des discussions sur la vie de nos ancêtres qui vivaient plutôt bien et de façon créative à leur époque. Nous n’avons pas eu le temps de tailler des silex. Dommage. Car il est déjà minuit. Il faut s’allonger sous sa douce peau de renne. Emmanuel Demoulin rappelle : “Plus on vit d’émotion, mieux on retiendra”. Et c’est sûr, l’expérience est dépaysante.

Patrice Teisseire-Dufour

Préhisto’night se déroule les 13 (complet) , 22, 29 juillet, puis les 5 (complet), 12 et 19 août sur réservations. Tél. : 05 61 05 50 40. Tarifs : 95 € pour les plus de 12 ans et 60 € pour les 6-12 ans.

baladesenpyrenees
commenter cet article
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 15:43
France-Islande au refuge d'Orédon
France-Islande au refuge d'Orédon
France-Islande au refuge d'Orédon

Il y a des soirs comme ça. On n'avait pas prévu de dîner au refuge et de voir la télé. Tout a été improvisé. Dimanche 3 juillet, dans la salle à manger du refuge d'Orédon, nous étions bien une vingtaine à voir France-Islande sur un petit écran. Cette fan zone du bout des Pyrénées nous a réconcilié avec l'équipe de France. Tu parles à 5 à 2 !

Prochain rendez-vous ce jeudi 7 juillet 2016 : une demi-finale France-Allemagne qui renvoie au traumatisme de la demi-finale perdue à Séville lors du Mundial de 1982 (et oui, à l'époque on disait comme ça). Et à l'époque, je regardais ça dans la cour de la colo à Marignac, dans le Comminges. C'était le temps de la découverte des premiers sommets à pied (Burat, pic du Gar, Cagire, et de bien d'autres dans le Luchonnais) et de leur accès à vélo, de Saint-Bertrand de Comminges à l'Hospice de France ou au col de Peyresourde.

Entre-temps, on a fait notre rando autour des lacs du Néouvielle, jusque dans le vallon d'Estibère. Parution dans le Pyrénées magazine de l'été 2017.

baladesenpyrenees
commenter cet article
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 18:36
Avec le photographe Serge Bonnet, nous avons réalisé la traversée de l'Aude du nord au sud par le GR 36. C'est dans le dernier Pyrénées magazine spécial cathares, paru le 25 juin, en kiosque tout l'été.
Avec le photographe Serge Bonnet, nous avons réalisé la traversée de l'Aude du nord au sud par le GR 36. C'est dans le dernier Pyrénées magazine spécial cathares, paru le 25 juin, en kiosque tout l'été.

Avec le photographe Serge Bonnet, nous avons réalisé la traversée de l'Aude du nord au sud par le GR 36. C'est dans le dernier Pyrénées magazine spécial cathares, paru le 25 juin, en kiosque tout l'été.

baladesenpyrenees
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 16:49
Vie de berger dans Pyrénées magazine et Géo Ado

Une nouvelle occasion d’aller à la rencontre d’une « vie de berger », cette fois ci c’est en août, du 6 au 9 août. Le berger Stéphane Chétrit nous attend à la cabane de Séous pour la traite et la fabrication du fromage. On partira sur les sentiers de la transhumance. On ira à la rencontre des brebis dans les hautes estives au dessus des lacs d’altitude, … sur les traces des anciens qui ont signé des pierres dans ces lieux magiques, et pourquoi pas un retour avec le petit train d’Artouste qui nous amènera jusqu’au lac.

Pour avoir quelques images de ce séjour : http://www.sebastiencarlier.fr/retour-en-images-du-sejour-bergers-2015/

Sinon, regardez Pyrénées magazine balades et randos 2016 et Géo Ado consacrent de belles pages du séjour de l’été dernier.

Vie de berger dans Pyrénées magazine et Géo Ado
baladesenpyrenees
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 16:40
Lucile et le balafré, le roman fantastique de l'été

Paru au printemps 2016, le tome 2 des aventures de Lucile et le Balafré est un roman qui devrait en séduire plus un, de 8 à 88 ans, mais plus sérieusement les adolescents.

Les deux enquêteurs de l'agence 3ID se retrouvent au coeur d'un mystère alors qu'ils sont en visite dans la famille du Balafré, dont on apprend enfin qu'il se prénomme Machan. Ils tentent de comprendre à quoi sert une étrange machine à écrire, l'Archéoscript, qui revient à la ligne tous les six mots. Mais avant même d'en savoir plus, ils se la font dérober dans un train. La piste va les mener vers les Mornes-Terres où on retrouve Allison. Et le Balafré aura fort à faire pour aider ses frères à se sortir des ornières.

Avant d'en dévoiler plus sur cette aventure où les rebondissements vont bon train, la qualité de ce roman se situe dans son écriture, bien rythmée, subtile, voire pleine de verve et de néologisme quand il s'agit de faire parler Merlin, le petit frère du Balafré tel que : “Hé, vous en faites un charivacarme”.

Le deuxième atout de cet ouvrage est son atmosphère fantastique qui a l'air de nous mener sur un bout de terres écossaises, avec son fish and ships dans le port d'Otterness, avec sa soirée tables tournantes pour entrer en contact avec les esprits, et les inquiétants Wuthering manor et Mordred castle aux ombres qui attrapent les individus.

Ce qui est propice justement à sortir du chapeau toute une panoplie de gadgets savamment imaginés dès le départ, chez Onc' Cha : goutez au mélicolat, cachez-vous dans l'armanoir, embarquez dans le Tacot vsm, sans oublier le retour du chronogyre, une montre à gousset qui permet d'arrêter le temps 7'42, et l'invertigo, un grand miroir de cabaret qui permet... vous verrez bien, bougre de bisquebigre !

Prêts à partir en voyage ? Alors, attachez vos ceintures, car il n'y a pas de temps mort avant de comprendre le lourd secret de famille. Le tout est superbement illustré par Yomgui Dumont. A savourer dès cet été.

Lucile Finemouche et le Balafré, tome 2 : le mystère archéoscript, Juliette Vallery, Annabelle Fati, Yomgui Dumont, Actes Sud, 14, 20 €.

Lucile et le balafré, le roman fantastique de l'été
baladesenpyrenees
commenter cet article

Présentation

  • : Balades en Pyrénées
  • : Des topos de randos et de bons conseils pour découvrir des coins des Pyrénées
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens