Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 16:36

Bouquetin2.gifLa réintroduction du bouquetin ibérique dans les Pyrénées pourrait intervenir en avril 2013. Un plan qui s'étalera sur neuf ans, avec l'arrivée en tout de 160 individus sur les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Atlantiques et l'Ariège. Ce projet n’attend plus que la signature d’un accord franco-espagnol, actuellement en cours de négociation. Une consultation du public sera lancée du mardi 20 novembre au mercredi 19 décembre inclus. Cette réintroduction est facilitée par un échange d'espèces avec l'Espagne qui a désiré réintroduire la gélinotte des bois dans le Val d'Aran depuis 2011. 

Dans le détail, 40 bouquetins de l'espèce capra pyrenaica seront réintroduits dans la zone cœur du Parc national des Pyrénées (PNP), à Cauterets. Une vingtaine de lâchers -10 mâles et 10 femelles- sont ainsi prévus en avril 2013 et une vingtaine d'autres en 2014 dans le secteur de Cauterets, site Péguère-Ardiden. Ce serait alors au tour du Pic Long-Néouvielle en 2015 et 2016. Les Pyrénées béarnaises seraient concernées à partir de 2017 dans le secteur de Ger-Gabizos. 

 Les bouquetins devraient provenir d'au moins deux sites différents en Espagne (Sierra de Gredos en Castille et Léon et de Tortosa en Catalogne) pour assurer une "diversité génétique plus importante" et feront un séjour en quarantaine avant leur arrivée en France. 

Cette espèce protégée depuis le 15 septembre 2012 (!) sera également réintroduite au niveau du cirque de Cagateille à Ustou dans le Couserans par le parc naturel régionale des Pyrénées ariégeoises, “selon la même méthodologie que le PNP, soit en 2013 et 2014”, souligne Yannick Barascud, l'agent du PNR des Pyrénées ariégoises. Les difficultés d'accessibilité du printemps permettront une acclimatation progressive. Quatre-vingts animaux seront réintroduits sur sept ans, au rythme de 20 par an pendant trois ans puis de cinq par an. Par contre, nous n'avons pas encore défini les lieux pour les cinq autres années. Le projet fera peut-être des envieux sur le territoire”. 

Les experts souhaitent atteindre un total de 200 bouquetins. Tous les animaux auront un marquage visuel (colliers et boucles auriculaires de couleur) et environ un individu sur deux sera équipé d’une balise GPS si les financements le permettent. Le suivi scientifique et l’analyse des résultats seront réalisés en collaboration avec le laboratoire Comportement et Ecologie de la Faune Sauvage de l’INRA de Toulouse. Le coût de la réintroduction, rien que pour les sites du Parc national des Pyrénées, se monte à 125 000 € par an sur 9 ans, soit 1, 1M€.

Le dernier bouquetin des Pyrénées (une vieille femelle) s’est éteint, le 6 janvier 2000, à Ordesa en Aragon, écrasé par la chute d’un arbre lors d’une nuit de tempête. Il avait déjà disparu du versant français en 1910.

De morphologie trapue, le bouquetin mâle peut atteindre assez facilement 90 kg. Ses cornes immenses frappent l’attention. Beaucoup plus discrètes avec leurs cornes modestes, les femelles portent un pelage uniforme aux couleurs gris-fauve qui les fondent dans les paysages rupestres, où elles aiment à évoluer. Bien campé sur ses pattes robustes munies de sabots merveilleusement adaptés à la progression sur la roche, ignorant superbement le vertige, le bouquetin est parfois considéré comme un monarque des montagnes.bouquetin-1.gif

La stratégie de défense, propre à tous les bouquetins du monde, les rend vulnérables face à la chasse. Elle est la cause principale de leur déclin. Basée sur l’enrochement en falaise sans véritable fuite, cette stratégie, très efficace contre les prédateurs naturels, fut par contre inefficace face aux armes de jet, de plus en plus perfectionnées, utilisées par l’homme dès le Moyen-âge. De nos jours, c'est l'aigle qui demeure son prédateur. La fédération de chasse assurera le suivi des individus réintroduits dans le PNR des Pyrénées ariégeoises.

Ce plan est inspiré de la réintroduction réussie d'une autre espèce de bouquetins dans les Alpes françaises : le Capra ibex, grâce notamment au travail de Jean-Paul Crampe, agent au PNP. 

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur la réintroduction de la gélinotte des bois dans le Val d'Aran : http://www.oncfs.gouv.fr/Galliformes-de-montagne-dynamique-des-populations-et-ru465/Reintroduction-de-la-gelinotte-des-bois-dans-les-amp-nbsp-ar1209


Partager cet article

Repost 0
baladesenpyrenees - dans faune-flore
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Balades en Pyrénées
  • : Des topos de randos et de bons conseils pour découvrir des coins des Pyrénées
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens