Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 16:00

IMG_3347.gifMercredi 13 juin 2012. Tout démarre au Puig del Mas, hameau qui a donné naissance à Banyuls-sur-Mer et qui abrita un temps l'atelier du sculpteur Aristide Maillol. Le sentier Walter Benjamin démarre depuis l'anonyme parking de lotissement. Jean-Pierre Bonnel nous apprend que le philosophe juif allemand qui fuyait la France en 1940 et l'arrivée des troupes nazies était accompagné de trois autres personnes. Etrangement, nous sommes également quatre, ce jour-là : notre guide, sa fille Anaïs, Isabelle et moi. Plus nous montons, plus le vignoble de Banyuls découvre toute sa beauté, ses reliefs entre ombre et lumière. A l'horizon, le temps est à la pluie. Mais on dirait qu'un bout de soleil se plait à nous suivre. A mi-parcours de la montée, Anaïs nous quitte pour aller à Port-Bou, où elle nous récupèrera. Mais alors qu'on progresse en balcon au-dessus d'une mer de garrigue, sur une partie rocailleuse du chemin, d'un seul coup, on entend quelqu'un nous rattraper. La Guardia Civil ? La Guestapo ? Le grand diable est un artiste, prénommé Sébastien Lefebvre. Il prépare une installation in situ sur Walter Benjamin pour 2013. Trop fort de se retrouver sur le terrain le même jour ! Et à nouveau, nous sommes quatre pèlerins sur ce chemin à marcher sur les traces de Walter. A croire que ça colle à la peau.

IMG_3388.gifLa tour de Querroig sera notre point culminant. En souvenir de cette journée originale nous immortalisons la rencontre. Neuf jours plus tard, nous nous faisions voler les ordis à la rédaction. Je ne réussissais pas non plus à conserver la photo de notre escalade d'un haut portail qui barrait notre passage, à la sortie d'une traversée épique et piquante du maquis, durant presqu'une heure, au-dessus du dépôt des trains de marchandises transportant des voitures.

Après un pique-nique devant la plage, nous nous avons sillonné les rues de Port-Bou à la recherche de l'âme de Walter Benjamin. Jusque dans la gigantesque gare vide où les panneaux de départs nous font rêver d’ailleurs au plus profond de l’Espagne. Comme Walter peut-être… Les quais juste surveillés par la Guardia civil pour qu’on traverse les voies. Notre voie nous emmène jusqu’à l'émouvant cimetière marin. Ce jour-là, il ne fait beau que sur nos ombres. Partout ailleurs, le ciel était depuis longtemps couvert. Ce jour-là s'écoule encore en moi avec une saveur particulièrement douce de ces journées parfaites, où l'aventure et les rencontres ne découlent sûrement pas du hasard. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Balades en Pyrénées
  • : Des topos de randos et de bons conseils pour découvrir des coins des Pyrénées
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens